Retour vers l’édito de la programmation
cassius-clay

Muhammad Ali, the greatest

de William Klein (1964-74, 2h)
Mardi 4 décembre à 20h

En 1964, Cassius Clay devient champion du monde des poids lourds. Une date dans l’histoire du sport et surtout, une date dans la prise de conscience des noirs aux USA. Cassius-Muhammad Ali faisait son entrée fracassante sur la scène américaine, prenant constamment le pays à rebrousse-poil, à contre-pied. Le premier champion noir à se déclarer libre. Cela lui a finalement coûté son titre, trois années de chômage forcé, et plusieurs millions de dollars.

Dix ans après, le 30 octobre 1974, à Kinshasa, Zaïre, à 32 ans, il va se mesurer à l’imbattable démolisseur, Georges Foreman. Nous assistons au premier championnat du monde en Afrique Noire, à cette aventure politico-économique montée par Mobutu. Au cours de cet invraisemblable happening planétaire, Ali, de martyr est devenu héros, a retrouvé sa gloire, sa couronne, sa légende.

Qu’est devenu l’homme que Malcom X tenait pour la personnalité noire la plus importante de notre époque ? Celui que Norman Mailer appelle « l’esprit du 20ème siècle, le prince des hommes de masse et de média ». William Klein fut accepté dans l’entourage d’Ali et pu filmer pendant les semaines les plus critiques de sa carrière.

Développé par
Tony Faria-Fernandes