Dernières nouvelles du cosmos

de Julie Bertuccelli (France, 2016, 1h25)
Vendredi 6 octobre à 19h – Forum Jorge François, 9 rue Cronstadt, Nice 06000
Prix du Public des Rencontres du Cinéma Documentaire, nominé aux Lumières de la Presse Internationale et pour le César du Meilleur Film Documentaire

Dernières nouvelles du cosmos est le portrait d’une artiste, celui d’une jeune femme particulière et extraordinaire qui a découvert le langage par l’écrit, après 20 ans de silence. Le film évite toute intrusion voyeuriste dans la vie d’Hélène Nicolas, alias « Babouillec », Julie Bertuccelli observe patiemment, seule, sans l’aide de techniciens pendant deux années, le processus qui mène à la création d’un long poème tramé d’étrangeté et de brusque fulgurance. Pierre Meunier mettra en scène ce texte au festival d’Avignon en 2015.

Ici, comme dans ses films précédents, Julie Bertuccelli dont la filmographie alterne films documentaires et films de fictions, a pour même et seul objectif, celui de nous faire connaître un personnage dont la manière d’exister, de dire et de parler, propose une autre façon d’habiter le monde.

Hélène Nicolas pose des lettres les unes à côté des autres, c’est sa parole qui s’écrit. Elle dit qu’elle fait partie d’un « lot mal calibré, ne rentrant nulle part ». Visionnaire, sa poésie télépathe pense loin et profond, elle nous parle de son monde et du nôtre. Elle accompagne un metteur en scène qui adapte son œuvre, dialogue avec le mathématicien Laurent Derobert… C’est un moment intense, explique Julie Bertuccelli, où l’on comprend que l’autisme n’est pas synonyme d’enfermement, mais d’une connexion profonde avec le mystère du monde ». Le film évite toute intrusion voyeuriste dans la vie d’Hélène Nicolas, Julie Bertuccelli observe patiemment, seule, sans l’aide de techniciens pendant deux années, le processus qui mène à la création d’un long poème tramé d’étrangeté et de brusque fulgurance.

Après plusieurs années d’assistanat auprès de réalisateurs aussi prestigieux qu’Otar Iosseliani, Rithy Panh, Krysztof Kieslowsky, Pierre Etaix ou Bertrand Tavernier, Julie Bertuccelli réalise de nombreux films documentaires pour la télévision. En 2003, elle signe un premier long métrage de fiction, Depuis qu’Otar est parti… (Grand Prix de la Semaine de la Critique au Festival de Cannes, Prix Marguerite Duras, César de la meilleure première œuvre). Elle retourne au festival de Cannes en 2010, cette fois en sélection officielle avec le film L’Arbre interprété par Charlotte Gainsbourg. En 2014, elle revient au cinéma documentaire avec La cour de Babel sacré Meilleur documentaire des Trophées francophones du cinéma.

Consultez le programme
Développé par
Tony Faria-Fernandes