twilight-city-site

Black Audio Film Collective

Exposition Nice Dada – Sonia Boyce
Jeudi 3 mars à 19h
En présence de Sonia Boyce, artiste et Sophie Orlando, commissaire de l’exposition et enseignant en histoire de l’art à la Villa Arson

Le Black Audio Film Collective dirigé entre 1982 et 1997 en Grande-Bretagne par John Akomfrah, Reece Auguiste, Lina Gopaul, Trevor Mathison, David Lawson, Edward George et Claire Joseph est un collectif de cinéma et vidéo prenant place au sein d’une d’effervescence artistique appelé « British Black Art ». Dans la décennie 1980, ce mouvement artistique réunit des collectifs d’artistes plasticiens, vidéastes, photographes. La plupart de ces collectifs se créent au lendemain de la First National Black Art Convention (1982), un grand rassemblement d’artistes unis par un objectif politique commun porté par le terme « Black », et lié à l’expérience des mouvements de décolonisation de la Grande-Bretagne en Afrique, Asie et dans les Caraïbes.

La structure de travail horizontale du Black Audio Film Collective se nourrit des travaux engagés par les Cultural Studies dirigées par le politologue et sociologue Stuart Hall, dont les travaux mettent en jeu l’écriture de l’histoire migratoire, la représentation des populations afro-caribéennes et asiatiques au sein des médias, et une approche des questions de genre, race et classe dans l’espace social britannique. Le collectif rompt alors avec la représentation anthropologique des populations noires eu profit d’une approche mêlant expressionisme et document d’archive. Pour les artistes actuels, il représente un modèle du renouvellement du docu-fiction. Kodwo Eshun et Anjalika Sagar, The Otolith Group (2002-) ont notamment engagé un travail de relecture et d’exposition des archives, films et vidéos de ce collectif en 2007, intitulé The Ghost of Songs.

LES INVITES

Sonia Boyce s’est fait connaître au début des années 1980 comme l’une des figures majeure de la scène du British Black Art. La Tate Gallery fait alors l’acquisition de sa peinture marquée par l’expérience des identités raciales et genrées. Depuis les années 1990, sa pratique s’est orientée vers l’improvisation et l’installation, à partir d’une approche collaborative. Son travail a été largement montré au niveau international, (Sharjah International Biennial 7, Sharjah, United Arab Emirates (2005); Devotional, National Portrait Gallery, London (2007); Crop Over, Harewood House, Leeds and Barbados Museum & Historical Society (2007/2008), For you, only you (Paul Bonaventura, Ruskin School of Drawing & Fine Art, Oxford University and tour 2007/2008), Praxis: Art in Times of Uncertainty, Thessaloniki Biennial 2, Greece (2009); Like Love, Spike Island, Bristol and tour (Green Box Press, Berlin, 2010); Afro Modern, Tate Liverpool and tour (2010); The Impossible Community, Moscow Museum of Modern Art (2011); Play! Recapturing the Radical Imagination, Göteborg International Biennial of Contemporary Art 7 (2013); and, All the World’s Futures, 56th Venice Biennale (2015).

Sonia Boyce est également chercheure principal du programme financé par l’Arts and Humanities Research Council, “Black Artists and Modernism” (UAL/Middlesex University, London), professeure d’art à Middlesex University, et Chair of Black Art and Design à travers les différentes universités de University of the Arts.

twilight-city-site Web-Sonia-Boyce-1-bis
Consultez le programme
Développé par
Tony Faria-Fernandes