Raoul Ruiz, le magicien

EDITO de Guy SCARPETTA
Du 15 au 17 avril 2016
en présence de Anne Alvaro, de Melvil Poupaud et de Guy Scarpetta

Que dire de Raoul Ruiz ? Qu’il fut l’un des cinéastes les plus originaux de ces cinquante dernières années ? Sans doute le plus prolifique, aussi (120 films en quarante ans) ? Qu’il s’est exilé de son Chili natal au moment du coup d’état du général Pinochet, et qu’il a développé en Europe une œuvre luxuriante, étourdissante, échappant à toute commune mesure ? Qu’il n’a cessé de se partager entre des « grosses productions » (Le Temps retrouvé, Les Mystères de Lisbonne) et des films expérimentaux, souterrains, tournés sans moyens, avec des copains – en passant par tous les registres intermédiaires ? Qu’il entretenait une relation privilégiée, complice, avec ses acteurs, et que plusieurs d’entre eux sont aujourd’hui, sans doute, ceux qui parlent le mieux de son art. Mais aussi : qu’il faisait partie de ces rares créateurs pour qui l’imagination commande tout. Qu’il a proprement inventé un monde, d’un baroque exacerbé, où des univers parallèles entrent en collision, où les temps se croisent, où les frontières ne cessent de s’effacer entre les vivants et les morts, entre le présent et le passé, entre le rêve et la réalité…

En écho à la grande rétrospective de Raoul Ruiz présentée, ce printemps, à la Cinémathèque française, L’ECLAT propose, pendant trois jours, un choix parmi les films majeurs du cinéaste chilien. Ce programme sera présenté par Guy Scarpetta, qui fut son ami proche, et qui vient, en collaboration avec Benoît Peeters, de lui consacrer un livre (Raoul Ruiz le magicien, Editions Les Impressions Nouvelles, Prix du meilleur livre de cinéma 2015) apparaissant déjà comme un ouvrage de référence. Anne Alvaro et Melvil Poupaud, deux de ses acteurs majeurs, seront présents, pour parler « de l’intérieur » du cinéma de Ruiz.
Consultez le programme
Développé par
Tony Faria-Fernandes